Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Kassaman binnazilat ilmahiqat..." le plus noir des crimes est celui qui consiste à obscurcir la conscience politique et d’égarer tout un peuple" d'Emile ZOLA

Le nom de ce blog est sans doute évocateur de notre "nachid el watani" tant décrié par le passé parce que, associé au pouvoir Algérien illégitime. Après des décennies de disettes. Je voudrais faire de cet espace, un coin où tous mes compatriotes et autres amoureux de libertés, de démocratie, ou tout simplement d'histoire pourraient s'exprimer librement. En ce sens, nous vous souhaitons la bienvenue. En hommage à Nacer Hachiche, repose en paix et à bientôt ! Pour garder le contact avec notre chère patrie : http://www.alger-presse.com/index.php/presse-fr


Il y a danger ! Par El Guelil

Publié par The Algerian Speaker sur 6 Janvier 2014, 21:55pm

Catégories : #L'actualité en hommage à Abdou B (le quotidie

Ils ont été embauchés dans la fonction publique. Ils avaient le diplôme le plus reconnu fel bled: «autodidacte». Ils gravirent les échelons par ancienneté et autres artifices que seule l'administration a le secret. Ils sont là, installés barons de département. Mais voilà qu'il faut renforcer. La technologie change, les besoins en compétences changent, mais les postes budgétaires ne sont pas prévus. On recrute, alors, des vacataires. Contractuels. Diplômés des grandes écoles. Ils sont là, contrats sur contrats, attendant des jours meilleurs. Ce sont eux qui font tourner les boîtes. Mais ils encaissent une misère. Mieux, ce sont leurs chefs autodidactes qui ont les primes et les félicitations de la hiérarchie, grâce au travail de ces jeunes compétences. Ils sont devenus des travailleurs précaires. Des bouche-trous, ils ne sont, ici, que de passage. Un passage qui dure des ans et qui règle les véritables besoins de l'employeur. Les titulaires, permanisés depuis l'indépendance, les observent et les scrutent.

D'un autre côté, les titulaires se méfient de ces contractuels.. Ils les observent, ils ont peur de leurs compétences. Si ces derniers sont ponctuels, rigoureux, et travaillent bien, ils poseront problème. Les hauts responsables leur proposeront, peut-être, un contrat à durée indéterminée, et ils pourraient monter les échelons. Et accéder aux postes de responsabilités.

Pour freiner leur ascension, ses compétences ne doivent pas remonter jusqu'au patron. Alors, on les maintient dans l'ombre, jusqu'à ce que leur mission prenne fin. Mais voilà qu'un concours vient d'être organisé. Tous les vacataires le passent et haut la main, ils sont acceptés. C'est la jalota, les anciens, par qui passe la décision, bloquent tout. Ils cachent les résultats et ne les transmettent pas. Car leur recrutement bouleverserait l'organigramme qui fixe des diplômes pour les profils de poste. Il y a danger fi dar el mir. Et c'est toute l'Algérie qui ressemble à dar el mir.



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents